Alg-Opinion : récit d’une recherche durant le confinement

Alg-Opinion : récit d’une recherche durant le confinement

Résumé du projet

Pour rappel, le projet Alg-Opinion s’attache à évaluer l’influence des interfaces des réseaux sociaux et des algorithmes sur la formation des opinions chez les jeunes. Elle s’intéresse particulièrement aux effets supposés des « bulles de filtres » ou « bulles informationnelles » sur la formation des opinions. Cette notion désigne l’espace informationnel rendu immédiatement accessible à un internaute par une plateforme numérique, résultant de nombreux processus de filtrage et de profilage. D’un point de vue social, ces bulles peuvent provoquer un isolement intellectuel et culturel, surtout chez certains publics parfois jugés vulnérables. Le projet a débuté fin 2018 et durera jusqu’en 2022. 

Impact du confinement sur le projet

Le projet Alg-Opinion n’a pas été arrêté pendant le confinement. D’abord, il a fallu adapter nos pratiques de travail à des situations familiales parfois complexes. Ensuite, deux faits ont principalement impacté le projet : l’annulation de deux conférences et l’impossibilité de tenir les réunions en face à face. 

Côté conférences, une a été reportée à septembre et l’autre à l’année prochaine. Même si ce sont des lieux d’échanges importants, des contact informels nous permettent d’avoir un retour sur nos recherches et les résultats obtenus, notamment à travers les interventions du board d’experts. 

Côté réunion et travail quotidien, l’équipe s’est donc adaptée au télétravail. Par chance, une première vague de récolte de données – incluant des focus groups en milieu scolaire et extra-scolaire ainsi que des entretiens – avait été réalisée. Une partie de l’équipe a donc pu utiliser ces données pour la production d’articles scientifiques. L’autre partie de l’équipe a pu se concentrer sur le volet technique de la réalisation d’une plateforme en ligne capable de mettre en avant pour chaque utilisateur certains des mécanismes de filtrage à l’oeuvre sur les réseaux sociaux. 

L’équipe a également dû se coordonner par vidéo-conférence. Cela peut paraître anecdotique, mais les chercheurs du projet utilisaient déjà l’application “Teams” avant le confinement. Ils ont donc pu rapidement s’adapter à cette nouvelle méthode de travail.

Enfin, une enquête est actuellement en cours. Elle a pour objectif de récolter des données d’archive concernant les usages des réseaux sociaux par les jeunes. Pour participer, veuillez cliquer sur ce lien : https://limesurvey.uclouvain.be/limesurvey272/index.php/594412?lang=fr

Impact de la crise sur les pratiques des jeunes

Nous le savions déjà, les jeunes vivent dans un monde connecté et utilisent au quotidien une diversité de plateformes pour s’informer, échanger et se divertir. Il est intéressant de noter que ces pratiques sont devenues plus visibles aux yeux des parents confinés avec leurs enfants, dont certains se sont également mis à utiliser des applications par la force des choses. 

Il n’est pas anormal que confinés à la maison, l’utilisation des réseaux sociaux s’est encore intensifiée chez les jeunes. Certes, certains se sont mis devant des écrans pour réaliser leurs tâches scolaires et d’autres ont utilisé ceux-ci pour jouer. Toutefois, l’impact principal de pour notre projet est l’intensification des processus de socialisation via des plateformes numériques. En effet, celles-ci sont influencées par une série d’algorithmes. Si un jeune rencontrait ses pairs avant le confinement dans la cours de récré ou au club de sport, il doit aujourd’hui utiliser les moteurs de recherches de plateformes où les “suggestions d’amis” proposées par celles-ci. Une connaissance des processus derrière les suggestions semble donc une compétence pertinente en éducation aux médias. Les chercheurs du projet Alg-Opinion garderont cela en mémoire lors de la suite du projet. 

Et la suite ? 

À mesure qu’avance le déconfinement, Alg-Opinion va reprendre les activités prévues. Un rapport a été envoyé à l’organisme de financement Innoviris. Une fois finalisée, la plateforme de visualisation va pouvoir être testée en interne, et la partie du projet qui s’attache à partager nos résultats et à échanger avec les acteurs de l’éducation aux médias va pouvoir commencer. 

Categories: Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *